22 août 2013

Quand un japonais rend hommage aux nymphéas de Monet : Exposition d'Hiramatsu à Giverny



Depuis que le Japon s'est ouvert à l'occident, un dialogue permanent entre les artistes s'est établi. Un va et vient d'influence tant sur le plan technique que sur les sujets traités. Le Japon est devenue une muse pour certains peintres européen. Hiramatsu, un maître de nihonga, rend un hommage vibrant à l'oeuvre de Monnet dans une exposition à Giverny, ville qui abrite aussi la maison et surtout le jardin du grand magicien impressionniste.

La peinture précieuse

Le nihonga est la technique picturale japonaise traditionnelle qui a la particularité d'utiliser des pigments naturels sous forme de poudre. Couche après couche, la poudre qui est fixée sur le papier avec une colle spéciale. Il s'agit d'une méthode particulièrement complexe qui demande un très long apprentissage. La matière de base de la peinture est constituée de métaux, de différents types de terre mais aussi de coquillages broyés. On retrouve aussi aussi des fins aplats de feuilles d'or. Le nihonga est donc une peinture noble qui nécessite pour commencer investissement en temps mais aussi pécuniaire. Pour maitriser le nihonga, une dizaine d'années d'étude sont nécessaires !

Hiramatsu, né en 1941, s'est intéressé au nihonga à un age précoce. Il a longtemps suivi une voix traditionnelle avec de donner à son art des atours plus contemporain. La découverte des tableaux de Monet au musée de l'Orangerie a influencé son art au point qu'il a souhaité les réinterpréter, peindre lui aussi la beauté des nymphéas et des reflets changeants sur l'eau paisible du lac de la maison de Giverny.

Cerisiers et nymphéas, 2011 Nihonga, 72,7 x 90,9 cm

Des nymphéas nippons 


Hiramatsu ne se contente pas de reprendre les thèmes et les sujets. Il travail lui aussi sur des très grands forma qui absorbent littéralement l’œil du visiteur, happé dans un maelström de couleurs et de formes comme le touriste japonais dans la scène mémorable de Rêve, de Kurosawa.

Ses tableaux incorporent des motifs traditionnels japonais au sujet principal de la toile. Ses grappes de nymphéas blotties les uns contre les autres dans l'immensité bleu profond de l'étang vibrent doucement, une invitation à la méditation. Comme les tableaux de Monet, ceux d'Hiramatsu se regarde de loin pour l'émotion mais aussi de très près pour admirer la finesse du détail et aussi mesurer l'impressionnant labeur du peintre et la patience que demande la réalisation de tels chef d’œuvres. Le nihonga outre sa technicité demande aussi beaucoup de patience et la capacité d'accepter l’improviste et la surprise.

Quartet de couleurs – Nymphéas, 2011 Nihonga, paravent a six panneaux, 180 x 420 cm

Pourtant, il n'y a rien de magistral, rien d’arrogant dans ce vision personnelle. Hiromatsu ne s'approprie pas Monet, il ne le copie pas, il dialogue, le décortique, le déconstruit touche par touche, pour mieux rendre la douce fascination qu'a exercé sur lui le merveilleux jardin de Giverny et son étang mystérieux.

Hiramatsu nous propose un autre regard, plus japonais, plus contemporain aussi mais sans altérer la fraicheur des émotions que la contemplation d'une nature pourtant humanisée peut susciter dans nos cœurs. Ça et là il agrémente ses tableaux et ses immenses paravents d'une grenouille audacieuse ou d'un oiseau timide. Une touche d'humour et d'inattendue dans ces paysages si calmes où le végétal semble absolu.

Normandie – Une saison de rêve (été), II 2012 Nihonga, 112,1 x 162,1 cm

Cette exposition est un véritable ravissement.
Il existe un billet combiné pour visiter aussi les jardins. D'ailleurs, comme ils sont quand même très fréquentés à cette saison, si vous voulez bien profiter de votre journée, je vous conseille d'arriver tôt le matin et de commencer par la Maison et les jardins de Monet. Une fois imprégné de l'atmosphère des lieux on profite encore plus des œuvres de Hiramatsu.

L’Étang aux nymphéas, 2011 Nihonga, 80,3 x 116,7 cm

Giverny, l'étang de Monet ; bruit du vent, 1998 Nihonga, double paravent a six panneaux, 168,5 x 708 cm
Reflets de nuages dorés sur l’étang, 2011 Nihonga, 80,3 x 116,7 cm
Liens utiles :

Un article sur le site de France info
http://www.franceinfo.fr/evenement-exposition-hiramatsu-le-bassin-aux-nympheas-hommage-a-monet

Le site du Musée :
http://www.mdig.fr/

Pour ceux qui veulent plus de photos :
http://www.flickr.com/photos/eurenligne/sets/72157634603595951/

Une association de Nihonga à Paris : 
http://p.a.m.over-blog.com/

8 commentaires:

  1. C'est tout simplement superbe, j'espere trouver le temps d'y aller avant la fin.

    RépondreSupprimer
  2. *_* Ha Woueih..... ç'est un bel hommage en effet!! ^^
    Dommage que je ne puisse pas aller voir l'Expo,mais pour le peu que j'en vois par le biais de ton étang, je dois dire que çà déchire bien!(j'ai un coup de coeur spécial pour "cerisiers et nymphéa" ainsi que pour "Quartet de couleurs")!!
    Dark Poutouxxxx Made in ChtitLand,
    Lenore

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :) C'est dommage en effet que tu ne puisses t'y rendre. D'autant que comme les formats sont immenses, le choc esthétique devant les toiles n'en est que plus fort. Tu pourras trouver ici d'autres photos : http://www.flickr.com/photos/eurenligne/sets/72157634603595951/

      Supprimer
  3. ça a l'air d'être un ravissement, cette exposition. Dès que j'ai vu l'affiche, j'avais envie de me rendre à Giverny, mais je n'ai pas encore eu l'occasion d'y aller. Les tableaux de Hiramatsu, sinon, je les porterai bien en kimono!...<3

    En tout cas, tu rends un bel hommage à l'artiste, et au nihonga.
    Des bisous.

    RépondreSupprimer
  4. Je pense que j'irai voir, j'ai une balade de prévu du côté de Giverny en septembre !

    RépondreSupprimer
  5. Je ne connaissais pas du tout, ça doit être impressionnant en vrai, déjà que la je trouve ça sublime, c'est vraiment magique toutes ces association de couleur, ces détails, ces motifs... Merci pour la découverte.

    RépondreSupprimer
  6. Je replonge avec délices dans cette exposition... J'ai beaucoup aimé lire tes explications techniques sur le nihonga que je ne connaissais pas du tout avant la visite.

    RépondreSupprimer
  7. Magnifique… Ça donne envie de visiter !

    RépondreSupprimer

Merci beaucoup d'avoir laisser un commentaire ici !

Il s'affichera un peu plus tard, après sa validation.

Marianne