21 décembre 2010

Flore et cieux

En novembre, j'ai passé quelques jours sur la côte d'Azur. Outre mes crapahutages photographiques dans le jardin de mon père, j'ai aussi fait le plein d'horizon.

A vivre à Paris, on oublie que le ciel est vaste. A vivre à Paris, on oublie son immensité rassurante et sa perpétuelle diversité.
Toujours présent et toujours changeant.
A Paris, étriqué, coincé entre deux immeubles, crénelé et disséqué, le ciel ne respire pas. Alors, parfois, quand l'inspiration me manque, j'ai une irrépressible envie d'horizon.

Hawaï

Les voyages, souvent en train, offrent déjà un avant-goût de plaines et de collines. Les heures nécessaires pour gagner la Côte d'Azur sont autant de promesses de cieux et d'espace.

Alors, là bas, j'ai profité des instants d'horizons.
Je me suis aveuglée dans la lumière saignante des crépuscules d'automne.
Je me suis baignée sans pudeur dans les couleurs contrastées de novembre.
Et pour prolonger l'extase, pour la partager, j'ai fixé les cieux dans ma boite rose.

Maintenant, ces cieux sont là pour être partagés : http://picasaweb.google.com/Kaeruchan/CoteDAzurFloreEtCieux#
Comme un bon repas, ils sont encore meilleurs quand d'autres les contemplent...

Texture

Cendre

Scud

Nuit

Blood

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci beaucoup d'avoir laisser un commentaire ici !

Il s'affichera un peu plus tard, après sa validation.

Marianne