1 avril 2011

La rentrée au Japon : un voeu pour que le souffle du printemps chasse les ombres...

Aujourd'hui, c'est le premier avril.
Au Japon, la date est symbolique de la rentrée scolaire. Ses nuées d'enfants, d'adolescents et de jeune adultes en uniformes flambant neufs. Les balades sous les pétales de cerisiers délicats, emportés par le vent. Les piques-niques familiaux ou entre collèges, sur une bâche bleu avec du sake...
Mais pour les centaines de milliers de sinistrés vivants dans le Tôhoku, ce printemps commence sous de sombres auspices.

Alors, pour chasser tristesse et apitoiement stérile, une seule solution : agir. Le temps du renouveau est là !

Sortir de la torpeur !

Le 11 mars, la terre a tremblé. Les vagues successives du Tsunami ont ravagé les côtes. Et l'énergie tellurique a ébranlée celle faussement domestiquée par les hommes, celle enfermée dans le coeur du réacteur de Fukushima.
Il m'aura fallu une semaine pour rassembler assez mes idées et faire un billet cohérent sur le sujet. Ce laps de temps était nécessaire pour accuser le coup, se rassembler et décider d'agir. L'initiative de Jean-David Morvan m'a séduite. Il proposait aux scénaristes et dessinateurs de se mobiliser en faveur des sinistrés. Mes capacités artistiques sont très limités et je n'ai pour médium d'expression que les mots, et un peu la photographie.


Avec mon amie Virginie Blancher nous avons discuté, partagé notre peine, notre effroi face à la menace du nucléaire, notre incompréhension. La solution pour évacuer la douleur et tenter de manifester concrètement notre soutien s'est imposée naturellement. Une évidence : réaliser un travail en collaboration.

Mes mots avec ses traits.
Mes mains sur le clavier.
Ses mains sur le papier et la tablette graphique.

La proposition initiale de Jean-David a fusionné avec celle d'autres auteurs de Café Salé. Des règles strictes, une projet consensuel et compétitif. Un projet qui s'éloigne de nos émotions, entre crainte et espoir.
Alors tant pis, nous avons décidé de travailler dans notre coin de la blogosphère. Parce qu'il est vital que cela sorte, vital de partager ce choc. Pour comprendre, pour être debout, pour agir.

Si notre démarche est d'abord personnelle, elle s'adresse aussi à ceux qui évoluent dans le même monde.
Le même univers où des esprits facétieux se dissimulent sous les lattes de parquet, dans les maisons abandonnées, dans les forêts profondes. Cet univers où le rouge des néons côtoie celui des tori. Où le calme des rues se mêlent à la musique du brouhaha des quartiers animés.
Un univers suspendu entre tradition et modernité.
Un monde flottant.
Harmonieux.

Malgré la menace nucléaire, l'équilibre reviendra.
L'espoir fait déjà son nid dans les cœurs ragaillardis par le printemps.


Une éclosion d'initiatives salutaires !

Depuis trois semaines, les actions pour collecter des fonds se multiplient pour collecter des fonds. L'ambassade du Japon les recense sur son site.

La démarche à suivre pour que votre évènement soit inscrit est expliquée sur le blob de Sophie Berre sur la végétation japonaise.


Si vous êtes à Paris, ce dimanche aura lieu une vente de charité de vêtements, objets de déco japonais et même de quoi déjeuner sur place. Elle est organisée par des japonaises vivant sur Paris.
Alors, venez manifester votre soutien !
Et puis, ce sera une occasion de trouver des bonnes affaires tout en aidant les sinistrés. J'espère que nous seront nombreux.
http://www.pray-for-japan.org/index.html

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci beaucoup d'avoir laisser un commentaire ici !

Il s'affichera un peu plus tard, après sa validation.

Marianne